L’ ingestion d’ un repas riche en saccharose (50% de l’ énergie totale) entraîne, pendant les 60 premières minutes qui suivent sa consommation, une oxydation de glucose 2 fois plus rapide et de 55% plus élevée par rapport à un repas riche en amidon (50% de l’ énergie totale). Parallèlement, le niveau d’ oxydation des lipides chute plus fortement, de l’ ordre de 33%, et 2,5 fois plus vite pour le premier repas. Après 4 heures, les niveaux d’ oxydation des glucides et des lipides tendent à retrouver leurs valeurs initiales, quelque soit le repas. Les différences de réponse métabolique selon le type de repas s’ expliquent par une oxydation préférentielle du fructose, uniquement présent dans le repas riche en saccharose, par rapport au glucose. En effet, en présence de saccharose, et donc de fructose, 200 g de fructose sont oxydés plus rapidement et plus fortement (+ 49%) que 200 g de glucose. Par ailleurs, 200 g de glucose sont oxydés 1,5 fois plus vite lorsqu’ ils sont ajoutés au repas riche en amidon, contenant uniquement des molécules de glucose, par rapport au repas riche en saccharose dans lequel le fructose est utilisé en priorité. L’ oxydation préférentielle du fructose serait liée à son entrée plus rapide dans le métabolisme glucidique, en évitant l’ étape de la 6-phosphofructokinase, enzyme clé de la régulation de la glycolyse.

 

Acute fuel selection in response to highsucrose and high-starch meals in healthy men. ME. Daly, C. Vale, M. Walker, A. Littlefield, M. Alberti, J. Mathers. Am. J. Clin. Nutr., 2000, 71 : 1516-1524