Le régime dit « Low carb » et les aliments sans ou à faible teneur en glucides connaissent aujourd’hui un grand succès aux Etats-Unis. Malgré les débats sur les risques de santé encourus par ce régime, des millions d’américains se sont engouffrés dans cette nouvelle mode alimentaire.

D’après le nutritionniste Jean-Michel Cohen : « Après avoir fait la chasse aux graisses en inventant une kyrielle de produits light qui ne leur ont pas fait perdre un kilo, les Américains ont décidé de s’attaquer aux glucides », en diminuant tous les glucides y compris ceux des pâtes, du riz et du pain. Ainsi, selon une enquête de marché réalisée par l’entreprise Mintel, 40 % des adultes américains, soit 83,6 millions de personnes auraient réduit leur consommation en glucides. Parmi elles, 14,6 millions suivent le régime controversé Atkins, basé sur la consommation de viandes et graisses, et les 69 autres millions suivraient l’une de ses variantes (South Beach, The Zone, Protein Power,…).

Une véritable « Atkinsmania ». Cette vogue conduit de plus en plus les industriels à développer une gamme de produits « Low Carb ». « Je n’ai jamais vu une telle frénésie dans l’industrie alimentaire pour s’adapter aux normes d’un nouveau régime que celle générée par les low carb » a déclaré Harry Balzer, responsable de l’institut de recherche NPD. Près de 1500 produits ont été déjà lancés sur le marché. Lors des salons agroalimentaires, tenus en Mai au Mc Cormick Centre de Chicago, on pouvait quasiment rencontrer un produit « faible en glucides » à chaque allée. Kraft, Unilever, Coca-Cola, PepsiCo, tous ont lancé une gamme « Low carb ». Et pour cause : en 2001, les ventes d’aliments « faibles en glucides » aux Etats-Unis se chiffraient à 109 millions, et en 2003 à 371 millions. Et, il semble que les ventes aient de grandes chances de doubler entre 2004 et 2005. Ce marché générerait déjà un chiffre d’affaires de plus de 30 milliards de dollars, supérieur à celui de Coca-Cola dans le monde. La société AtkinsNutritionals a réalisé, à elle seule, un chiffre d’affaires de 150 millions de dollars en 2003. Pour certains, aux Etats-Unis, « ce type de régime semble avoir profondément modifié les habitudes alimentaires et changé l’attention portée par le consommateur sur les questions alimentaires, sa discipline personnelle et même ses préférences en matière de goût », assure l’analyste Bill Pecoriello. Pour d’autres, comme Robert Earl, spécialiste en nutrition, « l’engouement pour ce régime pourrait s’éteindre de lui-même et peut-être que les gens réaliseront qu’il n’existe pas de « remède magique » pour perdre du poids ».

Alors la vague « Low Carb » déferlera-t-elle en France ? Pour Xavier Terlet, Président de la société de veille XTC, « le mouvement n’arrivera pas chez nous à ce niveau là. Le comportement alimentaire des Européens et en particulier des Français diffère largement de celui des Américains. Ils se cherchent moins d’ennemis et sont rebutés par des mentions trop techniques ». Reste enfin à évaluer l’impact d’ un tel régime sur l’évolution du poids des américains mais avant tout sur les risques cardio-vasculaires, rénaux et cancérigènes. Au mieux, il serait inefficace, au pire il serait dangereux. Le régime du Docteur Atkins a en effet déjà été qualifié par les nutritionnistes de « passeport pour l’ infarctus » en raison de la forte quantité de lipides qu’ apporte ce régime .


Sources : AFP, LSA, Les Echos


Quelques références utiles pour en savoir plus sur le régime « LOW CARB » ou « Régime Atkins » :

– Harper A, Astrup A. Can we advise our obese patients to follow the Atkins diet ? Obesity Reviews 2004 5:93-4.

– Ware JH. Interpreting incomplete data in studies of diet and weight loss. N Engl J Med 2003 348:212-3.

– Samaha FF, Iqbal N, Seshadri P et al. A low-carbohydrate as compared with a low-fat diet in severe obesity. N Engl J Med 2003 348:2074-81.

– Foster GD, Wyatt HR, Hill JO. A randomized trial of a low-carbohydrate diet for obesity. N Engl J Med 2003 348:2082-90.

– Bravata DM, Sanders L, Huang J et al. Efficacy and safety of low-carbohydrate diets. A systematic review. JAMA 2003 289: 1837-50.

– Bilsborough SA, Crowe TC. Low-carbohydrate diets : what are the potential short-and long-term health implications ? Asia Pacific J Clin Nutr 2003 12: 396-404.

– Sondike SB, Copperman N, Jabobson MS. Effects of a low-carbohydrate diet on weight loss and cardiovascular risk factors in overweight adolescents. J Pediatr 2003 142: 253-8.

– Bowman SA, Spence JT. A comparison of low-carbohydrate vs high-carbohydrate diets : energy restriction, nutrient quality and correlation to body mass index. J Am Coll Nutr 2002 21: 268-74.