Odour and taste sensitivity is associated with body weight and extent of misreporting of body weight

Pour savoir s’il existe une corrélation entre le poids corporel, les erreurs d’estimation du poids et les sensibilités aux odeurs et aux goûts, une étude sensorielle transversale a été menée chez 130 hommes et 181 femmes. Les sujets ont indiqué leur poids et leur taille, puis, lors d’une 2e visite, ils ont été pesés et mesurés. Dans une 1ère session, l’identification et la détection des odeurs ont été testées sur 16 séries de 4 fioles, 1 seule fiole par série contenant une odeur. Dans une 2e session, la détection des goûts sucré, salé, acide et amer a été évaluée en utilisant respectivement des solutions de saccharose, sel, acide citrique et hydrochlorure de quinine (4 concentrations par goût, soit 16 solutions). Avec l’âge, la détection des odeurs et la perception des goûts diminuent significativement (p<0,001 et p<0,003, respectivement) et sont toujours plus faibles chez les hommes que chez les femmes (p£0,003). De plus, chez les sujets de moins de 65 ans, ceux qui ont un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 28kg/m2 perçoivent plus difficilement les odeurs et les goûts que ceux dont l’IMC est inférieur à 28kg/m2, la relation étant inverse chez les sujets de plus de 65 ans. Les capacités sensorielles diminuent donc avec l’âge et sont corrélées à l’IMC, négativement ou positivement de façon dépendante de l’âge. Par ailleurs, indépendamment de l’âge, les sujets sous-estimant leur poids ont les capacités sensorielles les plus élevées, notamment en termes de perception des goûts acide et amer.

Auteur : Simchen U., Koebnick C., Hoyer S., Issanchou S., Zunft H. J. F.

Documents supports :
Brèves Techniques 42 / Mars 2007 - L42013