Pour tenter d’élucider les relations entre la résistance à l’insuline, la sécrétion d’insuline et la prise de poids, une équipe américaine a voulu déterminer si la sécrétion aiguë d’insuline pouvait prédire la prise de poids chez 105 individus à faible risque de diabète. Le poids, l’index de sensibilité à l’insuline et la sécrétion aigue d’insuline (SAI) au glucose ont été mesurés chez ces sujets suivis sur 26±4 ans. La variation de poids moyenne était de 8,1±10,3kg, 84 sujets ayant pris du poids contre 21 en ayant perdu. Aucune différence significative de SAI n’a été observée entre les individus ayant pris du poids et ceux en ayant perdu (4,7±2,8 vs 5,0±2,8 nM/min, p=0,9), de même pour l’index de sensibilité à l’insuline. Après division de la cohorte en 2 groupes en fonction de leur faible ou haute sécrétion insulinique sur la base d’une SAI au-dessous ou au-dessus de la médiane (2,64 nM/min), le taux de changement de poids n’était pas significativement différent (0,31±0,44 vs 0,33±0,35kg/an). De même, aucune association significative n’a été observée entre la sensibilité aigue à l’insuline et la prise de poids dans les sous-groupes insulino-sensibles et insulino-résistants.

La sécrétion aigue d’insuline ne peut être utilisée comme facteur permettant d’identifier un groupe de sujet sain à risque accru de prise de poids ou de développement d’obésité.


Acute insulin secretion as a predictor of weight gain in healthy humans. Silver R.J, Mehta S, Martin J.B.C, Warram J.H, Goldfine A.B. Obesity, 2006, 14, 1 : 67-72

Auteur : Silver R.J, Mehta S, Martin J.B.C, Warram J.H, Goldfine A.B

Documents supports :
Brèves Nutrition 29 / Octobre 2005 - N29016