The level of carbonation of a sugar-sweetened beverage preload affects satiety and short-term energy and food intakes

Il semblerait que le taux de gazéification des boissons influence l’association potentielle entre consommation de boissons sucrées et apports caloriques, gain de poids et obésité.

C’est toutefois ce que montre une étude qui a évalué l’effet du degré de gazéification sur la satiété et les apports caloriques, à court terme chez 30 hommes et femmes non obèses. En trois occurrences séparées et selon un schéma croisé randomisé, les sujets ont consommé l’une des 3 boissons sucrées (400 ml, 639kJ) faiblement, moyennement et fortement gazeuses (respectivement 1,7 ; 2,5 et 3,7 volumes de CO2) 10 minutes avant de consommer un repas ad libitum. La satiété a été évaluée avant le repas à l’aide d’échelles analogues visuelles et les apports alimentaires ont été mesurés après le repas et estimés pour le reste de la journée. Par rapport à la boisson faiblement gazéifiée, la boisson fortement gazéifiée a apporté une satiété significativement plus grande (p<0,05) pour des apports alimentaires lors du repas suivant plus faibles chez les hommes et les femmes, en énergie (respectivement -15% et -18%, p<0,05) et en quantité (-14% et -28%, p<0,05). En revanche, le taux de gazéification n’a pas eu d’effet sur la satiété après le repas et sur les apports alimentaires ultérieurs de la journée. Ce paramètre supplémentaire est donc susceptible d’introduire des biais dans les études si l’on n’en tient pas compte dans l’analyse des relations entre boissons sucrées et apports alimentaires.

 

The level of carbonation of a sugar-sweetened beverage preload affects satiety and short-term energy and food intakes. MOORHEAD SA et al. Br J Nutr, 2008, 99 : 1362-9

Auteur : Moorhead SA et al.

Documents supports :
Brève Nutrition N° 33 - Août 2008 - N33005