Une association entre flux salivaire et présence de caries a été recherchée chez 65 adolescents obèses et 65 adolescents de poids normal âgés en moyenne de 14 ans et demi. Le diagnostic d’obésité reposait sur le calcul de l’indice de masse corporelle ajusté sur le sexe et l’âge. Le flux salivaire était mesuré le matin et l’après-midi après avoir mâché 1 g de paraffine pendant 5 min. Comparés aux sujets de poids normal, les sujets obèses avaient un flux salivaire significativement plus faible (1,2 versus 2,0 ml/min, p < 0,001) et un nombre plus élevé de caries superficielles (0,7 versus 0,1 ; p = 0,008). Une analyse multivariée a montré que les associations obésité/diminution du flux salivaire et obésité/augmentation du nombre de caries superficielles étaient indépendantes du niveau socio-économique et de tous les autres facteurs de risque connus de caries (âge, sexe, maladies  chroniques, traitement médicamenteux, hygiène bucco-dentaire). Notamment, les résultats étaient indépendants du brossage régulier des dents. L’inflamation  gingivale était également plus fréquente chez les obèses. Pour expliquer ces phénomènes, les auteurs proposent une hypothèse physiopathologique selon laquelle, chez les sujets obèses, la production de salive serait perturbée par des cytokines pro-inflammatoires produites par des cellules adipeuses accumulées dans les glandes parotides.


Association between obesity, flow rate of whole saliva, and dental caries in adolescents. Modéer T., Blomberg C.C., Wondimu B., Julihn A., Marcus C. Obesity, 2010, 18, 12 :  2367-73

Tags:

Auteur : Modéer T., Blomberg C.C., Wondimu B., Julihn A., Marcus C.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 43 - Avril 2011 - N43012