Le diabète de type 2 résulte d’une diminution de la sécrétion d’insuline associée à une réponse à l’incrétine diminuée, une inflammation sub-clinique chronique et par voie de conséquence une tolérance au glucose altérée. Ces facteurs pathogéniques, fréquemment liés à une alimentation dense en énergie peuvent être associés à des changements de la flore intestinale observés chez des sujets obèses et diabétiques de type 2. Avant cette étude, aucun essai contrôlé randomisé n’incluait l’analyse des effets tissulaires et des mécanismes chez des sujets métaboliquement sains. Cette équipe a cherché à analyser de façon détaillée des effets des Lactobacilles sur la sécrétion d’insuline chez l’homme. L’hypothèse étudiée est que la consommation journalière de Lactobacillus reuteri augmente la sensibilité à l’insuline en modifiant la libération de cytokines et la sécrétion d’insuline via la modulation de la sécrétion des peptides GLP-1 et GLP-2 (glucagon–like peptide 1 et 2). Des sujets adultes tolérants au glucose, minces ou obèses, ont été recrutés dans une étude prospective randomisée contrôlée au cours de laquelle ils ont consommé pendant 4 semaines soit un placebo soit des capsules contenant 1010 cfu de L. reuteri SD5865. Des mesures anthropométriques, des tests de tolérance orale au glucose, des études de clamp, des mesures de matières grasses hépatiques et musculaires, des collectes de selles ont été réalisées au début et à la fin de la période d’intervention. Chez les sujets glucose-tolérants l’administration de L. reuteri SD5865 a augmenté les sécrétions de GLP-1 de 76%, de GLP-2 de 43%, d’insuline de 49% et de C-peptide de 55% par rapport au placebo. Cependant, cette intervention n’a pas modifié la sensibilité périphérique et hépatique à l’insuline, la masse corporelle, la teneur en matières grasses ectopiques ou les cytokines circulantes. Par conséquent, l’enrichissement de la flore intestinale en L. reuteri augmente la sécrétion d’insuline, probablement en augmentant la sécrétion d’incrétine, mais ne modifie pas directement la sensibilité à l’insuline. Cela suggère que la consommation orale d’une souche bactérienne spécifique peut servir de nouvelle approche thérapeutique pour améliorer la sécrétion d’insuline glucose-dépendante.

Intake of Lactobacillus reuteri Improves Incretin and Insulin Secretion in Glucose-TolerantHumans : A Proof of Concept.

Simon MC, Roden M et al. 

Diabetes Care. 2015 Oct;38(10):1827-34.


Auteur : SIMON MC

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 62 - Décembre 2015 - N62008