Le palmitate, acide gras saturé (AGS), et l’acide palmitoléique, acide gras mono-insaturé (AGMI), sont des produits formés lors de la lipogenèse. Des proportions élevées d’AGS et d’acide palmitoléique dans le sang sont associées à l’intolérance au glucose et aux maladies cardiovasculaires. Les recommandations nutritionnelles américaines préconisent de baisser la consommation de lipides saturés à 7-10% de l’énergie totale et d’augmenter celle des glucides. Cependant, une des conséquences de l’augmentation de la consommation des glucides et de l’amidon au-dessus des quantités qui peuvent être oxydées est de faciliter la lipogenèse de novo. C’est encore plus vrai chez les individus ayant une capacité altérée à oxyder le glucose.

Le but de cette étude a été de déterminer comment l’augmentation de glucides par palier et la diminution concomitante de matières grasses saturées affectent les taux sanguins d’AGS et d’acide palmitoléique chez des sujets ayant un syndrome métabolique.

Seize adultes en surpoids ou obèses présentant un syndrome métabolique (âge moyen 45 ans) ont été alimentés avec 6 régimes alimentaires successifs légèrement hypocaloriques (2500kcal par jour) de 3 semaines chacun. A chaque phase, la quantité de glucides augmentait graduellement (47 à 346 g par jour) tandis que la quantité d’AGS diminuait proportionnellement (84 à 32 g par jour) et l’énergie totale restait constante.

Phase d’adaptation

6 phases de repas

AGS Glucides

46g/jour

<50g/jour

84→32g/jour

 47 →346g/jour (7→55% énergie totale)

En dépit d’une augmentation marquée de la consommation d’AGS entre la phase d’adaptation et la première phase de repas correspondant au régime le plus bas en glucides, il n’y a pas eu de changement significatif de la proportion d’AGS totaux dans le sang. Ceci montre que les taux d’AGS consommés ne sont pas reliés aux taux d’AGS plasmatique dans le cadre d’une consommation faible de glucides. En revanche, le taux d’acide palmitoléique, marqueur associé aux pathologies cardiovasculaires, varie dans le même sens que la quantité de glucides ingérée.

Cette étude ayant été effectuée sur un nombre restreint de sujets, en surpoids ou obèse, il serait nécessaire de la répéter avant de reconsidérer les taux d’AGS et de glucides dans les recommandations.

 

Effects of step-wise increases in dietary carbohydrate on circulating saturated Fatty acids and palmitoleic Acid in adults with metabolic syndrome.

Volk BM, Volek JS et al.

PLoS One. 2014 Nov 21;9(11):e113605.

Auteur : VOLK BM

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 59 - Mars 2015 - N59011 (Réf. 4588)