Cette étude analyse les relations entre la glycémie, la satiété et la prise de nourriture à court terme, après consommation de différents types de glucides. Pour cela, des glucides à index glycémique fort (glucose, polycose IG=100), à index glycémique moyen (saccharose IG=59) et à index glycémique faible (amylopectine et amylose) ont été administrés à de jeunes hommes après une nuit de jeûne et leurs effets sur la glycémie ainsi que sur la prise de nourriture et la satiété ont été mesurés dans l’ heure qui suivait. Les résultats montrent qu’ il existe une relation inverse entre la réponse glycémique (mesurée par l’ aire sous la courbe (AUC) après ingestion de glucide) et l’ appétit subjectif (r = -0,23, p<0,05). La même relation est observée entre la réponse glycémique et la prise de nourriture une 1h après (r = -0,24, p<0,05). Plus grande est la réponse glycémique, plus grande est la satiété et plus faible est l’ ingestion de nourriture. Glucose, polycose et saccharose, qui induisent une forte réponse glycémique, suppriment l’ appétit subjectif et la prise de nourriture dans l’ heure suivant leur ingestion. En revanche, les glucides (amylose et amylopectine) à faible index glycémique, ne modifient pas la quantité de nourriture ingérée 1h après. A court terme, les repas qui élèvent beaucoup la glycémie induiraient donc une satiété plus grande que les repas à faible index glycémique.

 

Index glycémique et satiété. ANDERSON G.H., WOODEND D.M., WOLEVERT.M.S. Am J Clin Nutr. 2002, 76:1023-30

Auteur : Anderson GH