Une boisson noire à la formule secrète, produite par une multinationale américaine : le Coca-Cola est bien la boisson que beaucoup adorent détester ! Le documentaire de 2013 rediffusé sur LCP le 27 février 2020 surfe sur ces notions et aborde aussi la question du sucre (caché !) dans la boisson. Quelques nuances s’imposent…

 

L’américain moyen boit plus de 170 l de boissons sucrées par an !

 

Nous ne sommes pas des Américains et c’est sans doute notre modèle alimentaire qui explique pour une bonne part les différences de prévalence de maladies chroniques telles que l’obésité et le diabète entre nos deux pays. Les Américains sont historiquement de forts consommateurs de « soft drinks » ;  en France, en revanche, les ventes de boissons sont 2,5 fois plus faibles. Et nous sommes même loin derrière les consommations de nos voisins européens comme l’Allemagne ou la Belgique.

Il n’en demeure pas moins qu’une canette de cola de 33 cl contient 35 g de sucre ; la journaliste qui consomme 2 canettes par jour est au-delà des recommandations de l’ANSES, qui propose de limiter les apports à moins d’une boisson par jour.

Les apports en sucres totaux hors lactose, toujours selon l’ANSES, doivent être inférieurs pour les adultes à 100 g/j et l’on comprend aisément qu’avec 2 cannettes, soit 70 g de sucres uniquement apportés par ces boissons, le dépassement du seuil recommandé avec les autres sucres apportés par l’alimentation (fruits, biscuits, desserts, etc.) est fort probable.

 

Le sucre, une drogue au même titre que la cocaïne, l’héroïne !


Il n’y a pas d’addiction au sucre prouvée mais il existe des addictions comportementales.

 

L’analogie est fréquente mais fausse : les drogues stimulent le système de la récompense en libérant de la dopamine donc tout produit source de plaisir serait assimilable à une drogue et conduirait à la dépendance. Non, le fait de manger (sucré ou non) est naturellement « récompensé » par le plaisir perçu. Fort heureusement, on peut manger avec plaisir sans devenir dépendant ou avoir besoin de manger de plus en plus.

A ce jour, il n’y a pas d’addiction au sucre prouvée dans la même mesure que pour le tabac, l’alcool ou les drogues. Il est en revanche très clair qu’il existe chez certaines personnes (on parle de 5 à 10% de la population) des addictions comportementales, amenant à des consommations extrêmes et/ou fréquentes d’aliments sucrés ou gras et sucrés. Pour plus d’info sur le sujet, voir notre vidéo Le sucre rend-il accro ? ou encore cet article de Libération Le sucre est-il plus addictif que la cocaïne ?

En conclusion, attention aux amalgames et raccourcis. Le sucre un ingrédient d’origine naturelle, qui apporte du plaisir et de l’énergie et une source de glucose parmi les autres glucides de l’alimentation. Ni plus, ni moins. Collectivement, la filière française betterave-canne-sucre défend une consommation raisonnée et s’oppose fermement aux excès, dans le discours comme dans la consommation !

Dans le débat LCP animé par Jean-Pierre Gratien, on peut retenir et soutenir le rappel par Guillaume Garot d’une nécessaire éducation à l’alimentation (voir à ce sujet les recommandations de l’avis n°84 du CNA).