Pour mieux comprendre ce qui détermine la (sur)consommation de produits caloriques chez l’homme, le pouvoir de renforcement de chaque composant – sucre, gras, arôme – d’un aliment liquide complexe (type milkshake à la vanille) a été étudié sur la motivation du rat à le consommer. L’effet de renforcement de différentes concentrations de sucre (0%, 3%, 6,25% et 12,5%), de solutions isocaloriques d’huile (0%, 1,4%, 2,8%, 5,6%) et de l’addition d’huile et/ou d’arôme vanille aux solutions de sucre, a été testé en évaluant le travail que l’animal rassasié était prêt à fournir pour obtenir à nouveau l’élément testé. Pour cela, 2 procédures d’auto-administration ont été utilisées : rapport fixe travail/récompense (RF, 1 pression par dose de renforçateur) et rapport progressif travail/récompense (RP, augmentation du nombre de pressions nécessaires pour obtenir chaque dose successive de renforçateur). L’expérience a montré que, quelle que soit la concentration, le saccharose était un agent renforçateur plus puissant que l’huile. Avec le saccharose, le renforcement était dépendant de la concentration dans les 2 procédures, alors qu’avec l’huile seule ou associée au sucre, il était observé une moindre motivation pour l’huile. Enfin, l’ajout d’un arôme vanille ne modifie pas les qualités de renforcement de l’huile, du saccharose ou de la combinaison des 2. Au sein d’un aliment complexe contenant sucre, gras et arôme, à calories égales, le sucre serait donc l’élément gustativement dominant dans la motivation à manger, du moins chez le rat…

Deconstructing the vanilla milkshake: the dominant effect of sucrose on self-administration of nutrient-flavor mixtures.

Naleid AM et al. Appetite 2008;50:128-138

Auteur : Naleid AM

Documents supports :
Appetite 2008;50:128-138