N04001 Commentaire du Professeur Eric Bruckert Effet d’ une charge en glucides sur l’ hyperlipidémie post-prandiale L’ hyperlipidémie post-prandiale, définie comme étant la variation des paramètres lipidiques après un repas, est depuis longtemps l’ objet de nombreux travaux car des arguments convergents suggèrent qu’ une élévation excessive des particules riches en triglycérides pendant cette phase est athérogène. Toutefois ces études sont rendues complexes et contradictoires en raison de difficultés méthodologiques et de la variabilité de la réponse post-prandiale. Un certain nombre d’ individus sont caractérisés par une réponse biphasique (augmentation en deux temps des triglycérides) après un repas riche en graisses. Le mécanisme de cette réponse biphasique est discuté : 1) stockage des graisses au niveau lymphatique qui sont relarguées par la prise alimentaire qui suit, 2) effet d’ une prise de boisson qui est le plus souvent libre après un repas et qui pourrait provoquer une sorte de lavage. Les auteurs de l’ article ayant constaté une forte fréquence de réponse biphasique lors d’ une étude avec un test de surcharge riche en sucres ont eu l’ idée d’ analyser l’ effet de 2 repas : a) 0,53 g de graisses, 1,93 g de glucides et 0,31 g de protéines par kg de poids corporel et b) 0,50 g de graisses, 0,28 g de glucides et 0,18 g de protéines par kg de poids corporel. Au total, 9 volontaires sains ont pris au hasard l’ un ou l’ autre repas à 12 heures de jeûne. Un bilan a été effectué à 0, 2, 4, 6, 8 heures pour les lipides avec des bilans plus précoces pour les autres paramètres. Résultats : une augmentation significative des triglycérides, des lipoprotéines riches en triglycérides et des acides gras libres a été observée dans les 2 groupes (repas a) riche en glucides et b) pauvre en glucides) sans différence significative entre les groupes. Une réponse biphasique est observée pour l’ augmentation des triglycérides avec le repas riche en glucides. Au contraire l’ autre repas entraîne une augmentation progressive puis une diminution des triglycérides. Les auteurs discutent l’ hypothèse d’ un relarguage des graisses stockées au niveau intestinal. Le fait que la réponse soit différente entre les 2 repas va contre cette hypothèse. Par ailleurs, les auteurs ont utilisé comme graisse de l’ huile de colza riche en 18 : 3n-n qui peut être mesurée dans les particules riches en triglycérides. Une augmentation parallèle de cette graisse (18 : 3n-n) au cours des 2 pics d’ augmentation des triglycérides est observée ce qui suggère bien que c’ est le repas lui même qui est à l’ origine des 2 pics (les particules riches en triglycérides avant le repas sont pauvres en 18 : 3n-n). Les variations du GIP (Polypeptide Insulinosecréteur dépendant du Glucose) et de l’ insuline ne semblent pas pouvoir expliquer les différences de réponse au repas.En conclusion un repas plus riche en glucides est associé à une réponse biphasique dont l’ origine est le repas lui même mais dont l’ explication reste peu claire. Pr. Eric Bruckert Service d’ Endocrinologie-Métabolisme Unités de Préventions des Maladies Cardio-vasculaires, Hôpital Pitié- Salpétrière, Paris

 

The effect of acute carbohydrate load on the monophasic or biphasic nature of the postprandial lipaemic response to acute fat ingestion in human subjects. F. Shishehbor, H.M. Roche, M.J. Gibney. Br. J. Nutrition, 1998, 80 : 411-418.

Auteur : F. Shishehbor