Dans un contexte de flambée de l’obésité, le fructose lui-même et les sucres en contenant, tels que le sirop de maïs enrichi en fructose ou le saccharose, ont été incriminés dans des complications cardiométaboliques.

Cette revue détaille en premier lieu les recommandations concernant le fructose. S’il y a globalement un consensus sur la limitation de consommation des sucres dont le fructose, très peu de recommandations vont jusqu’à avancer une limite chiffrée.

Les auteurs passent ensuite au crible les principales études épidémiologiques, les expérimentations sur modèles animaux et les études de bonne qualité méthodologique chez l’Homme. Dans cette partie, force est de constater que la revue générale des publications ne permet pas de valider fermement le risque représenté par le fructose dans les thématiques étudiées (hypertension artérielle, action sur le métabolisme de l’acide urique et la goutte, impact sur les lipides, le poids, le contrôle glycémique et le risque de diabète, la stéatose hépatique non alcoolique et le risque cardiovasculaire lui-même),. Lorsque des corrélations sont mises en évidence, impliquant essentiellement le fructose dans les boissons sucrées, celles-ci sont peu consistantes et ne tiennent pas lorsque les apports se situent dans des limites de consommation raisonnables. De surcroît, les relations identifiées sont susceptibles d’être impactées par des facteurs confondants, du fait de la coexistence éminemment fréquente entre consommation de boissons sucrées et d’autres éléments de mode de vie défavorables à la santé.

Les auteurs pointent finalement la nécessité d’essais d’intervention, larges et méthodologiquement rigoureux et surtout menés dans des conditions proches de celles d’une consommation ordinaire de fructose ou de sucres contenant ce glucide.

Fructose-containing sugars, blood pressure, and cardiometabolic risk: a critical review.

Ha V, Jayalath VH, Cozma AI, Mirrahimi A, de Souza RJ, Sievenpiper JL.

Curr Hypertens Rep. 2013 Aug;15(4):281-297.


Auteur : HA V

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 54 - Décembre 2013 - N54011 (Réf 4515)