En France, le sel de table est iodé depuis les années 1950 afin de prévenir toute carence et ses conséquences thyroïdienne (goitre). Devrait-il également être fluoré de façon systématique pour prévenir les caries ? Telle est la question à laquelle se sont efforcés de répondre des chercheurs dans une synthèse bibliographique. Car comme pour l’iode, le sel est un vecteur qui présente le double avantage d’une d’utilisation alimentaire universelle et d’un prix modique, ce qui constituerait une source de fluor relativement constante, et ceci même chez les populations à faibles revenus.

 

Une synthèse de 20 articles

Une recherche par mots clés menée via Pubmed en juin 2015 a abouti à la sélection d’un total de 22 articles précédemment publiés, dont 2 revues et 2 articles en russe et hongrois qui n’ont pu être analysés sur texte complet. Les études retenues, évaluant l’effet préventif du sel fluoré sur les caries, ont été réalisées en Europe (Hongrie, Suisse, France, Allemagne, Suède) et en Amérique du Sud et Centrale (Colombie, Mexique, Jamaïque). Leurs principaux résultats sont successivement résumés pour chacun des pays (voir encadré pour la France).

Le point sur la fluoration du sel en France

Concernant la France, on retiendra que la vente de sel fluoré a été autorisée en 1985 (sel domestique) ou 1993 (industries alimentaires et cantines scolaires), sans être accompagnée de campagne d’information. Les rares études menées semblent montrer une réduction des indices carieux (- 55 % chez les 6-8 ans, – 35 voire – 40 % chez les 9-15 ans), mais leur méthodologie rend impossible de quantifier le rôle de la fluoration (par ex. par rapport à celui de la vente de dentifrices fluorés, ou à la prise de comprimés fluorés, etc.). Les populations socio-économiquement défavorisées s’avèrent plus à risque, l’état dentaire de certains sous-groupes étant jugé très préoccupant. Aujourd’hui, en France, moins de 30 % du sel serait fluoré, faute d’information et de sensibilisation.

 

Efficace, à défaut de dentifrice fluoré

La synthèse globale de ces 20 études indique que la fluoration du sel induit une réduction significative des indices carieux chez les enfants et les adolescents, en l’absence d’apports généralisés fluorés topiques ou d’autres apports en fluorures et par comparaison à un groupe de référence. Dès lors, dans un contexte actuel d’usage généralisé des dentifrices fluorés en Occident, l’effet supplémentaire obtenu avec le sel fluoré peut paraître mineur.

C’est la raison pour laquelle les auteurs considèrent que, associé à d’autres mesures de prévention buccodentaire, le sel fluoré offre un potentiel d’amélioration de la santé orale en particulier dans les pays en développement où il représente parfois la seule solution de supplémentation à un coût abordable. Un programme de fluoration du sel ne se justifierait que dans les zones où les dentifrices fluorés ne sont pas encore largement utilisés. La promotion de l’usage de sel fluoré s’avèrerait déterminante dans la réussite d’un tel programme.

 

Peu de risques de fluorose

Enfin, la prévalence de la fluorose dentaire, complication liée à une ingestion chronique excessive de fluor pendant les phases de minéralisation de l’émail, serait faible, même si ce risque est loin d’être évalué systématiquement. La fluorose ne constituerait donc pas un problème de santé publique dans le cadre d’un programme de fluoration du sel, même si le rapport bénéfice/risque doit être évalué systématiquement. Très peu de cas de fluorose auraient une incidence esthétique (apparition de taches voire porosité anormale de l’émail).

 

À retenir :

  • Selon cette étude bibliographique, la fluoration du sel induit une réduction significative des indices carieux chez les enfants et les adolescents.
  • Néanmoins, cette réduction n’est significative qu’en l’absence d’apports généralisés fluorés topiques ou d’autres apports en f
  • Le sel fluoré, économiquement abordable pour tous, offre un potentiel d’amélioration de la santé orale en particulier dans les pays en dé
  • Selon cette revue, la fluorose est peu susceptible de constituer un problème de santé publique dans le cadre d’un programme de fluoration du sel.

 

Source : [Salt fluoridation and dental caries: state of the question]. En français. Vautey S, Ranivoharilanto E, Decroix B, Tubert-Jeannin S. Sante Publique. 2017 Apr 27;29(2):185-190.

77008

Tags: , ,

Auteur : Vautey S

Documents supports :
Brèves Nutrition n°77