Les diabétiques ont plus de risques de mourir que la moyenne de la population, malgré l’amélioration de leur suivi médical. Tel est le résultat d’une étude publiée ce mardi et qui appelle à mettre l’accent sur la prévention de facteurs de risques comme l’obésité et le tabac.

 

Par rapport à la population générale, les hommes diabétiques présentent une surmortalité de 34% et les femmes de 51%, selon cette étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), qui a suivi un groupe de près de 5 900 personnes de plus de 45 ans soignées pour diabète entre 2007 et 2012. Cette surmortalité a baissé chez les hommes diabétiques, puisqu’elle était de 53% parmi ceux suivis entre 2002 et 2006, mais très peu chez les femmes, où la surmortalité était de 57% sur la même période, souligne le BEH, revue éditée par l’agence sanitaire Santé publique France.

 

Obésité et tabac en cause

 

La revue note en particulier que «l’excès de mortalité par maladie cardiovasculaire», première cause de décès chez les diabétiques, «ne diminue pas» chez les femmes (74%, contre 68% entre 2002 et 2006) et «reste élevé» chez les hommes (41% contre 62%). «Or, l’étude de l’évolution du contrôle des facteurs de risque vasculaire entre les groupes étudiés entre 2002 et 2012 a montré, chez les personnes diabétiques de type 2 (la forme la plus courante), une amélioration du contrôle glycémique, de la pression artérielle et du LDL-cholestérol, mais une augmentation de la fréquence de l’obésité et un tabagisme toujours présent», note l’étude.


Lire la suite en ligne : http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/diabete-un-meilleur-suivi-mais-une-surmortalite-elevee-08-11-2016-6302679.php


Lire l’étude du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) : http://invs.santepubliquefrance.fr/Publications-et-outils/BEH-Bulletin-epidemiologique-hebdomadaire/Archives/2016/BEH-n-35-36-2016