Les rituels alimentaires dans le monde

Aliments tabous et règles d’abstinence d’une part, plaisirs licites et recettes cultes d’autre part… Parmi les raisons qui font que les assiettes des uns ne ressemblent pas à celles des autres, les croyances et représentations sociales ou religieuses jouent souvent un rôle de premier plan. Voyage dans le temps humain et l’espace planétaire à la recherche des liens entre alimentation et pensée.

 

Au commencement, il y eu le tout premier interdit alimentaire, le fruit de « l’arbre de la connaissance du bien et du mal », comme le décrit La Bible. Pomme, figue ou raisin, les traductions latines ou rabbiniques identifient différemment ce fruit. Mais quel qu’il fût, et bien que les Hommes ne manquassent de rien pour se nourrir en cette époque, il engendra un même traumatisme : cet aliment les fit chasser du paradis, et il deviendra, dans le monde chrétien occidental, le symbole de la tentation et de la transgression. Le premier d’une longue série de symboles car l’histoire de l’humanité recèle de multiples représentations alimentaires, tant positives que négatives liées aux cultures, aux philosophies, à l’art de vivre ou aux religions. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la symbolique attachée aux aliments dépasse largement leurs caractéristiques nutritionnelles ou les nécessités de survie de l’espèce…


Lire la suite en pièce attachée



Documents supports :
Grain de sucre n°34