La consommation de sucres complexes sous forme de céréales au petit déjeuner aiderait à maintenir de bonnes performances mentales jusqu’ en fin de matinée. C’ est ce que montre cette étude croisée randomisée, réalisée sur 4 jours chez 29 enfants scolarisés de 9 à 16 ans. Après une journée destinée à les familiariser avec les tests de l’ étude, les participants ont reçu ou non un petit-déjeuner, contenant soit des céréales (2 types testés) soit du glucose (jus d’ orange). L’ attention, la mémoire de travail et la mémoire épisodique secondaire ont été évaluées à répétition par une série de tests informatisés le matin à jeun puis 30 min, 1h30, 2h30 et 3h30 après le petit-déjeuner. Les deux facteurs qui subissent des variations significatives au cours de la matinée sont l’ attention (F(3,411)=4,9 p<0,0025) et la mémoire épisodique (F(3,411)=2,8 p<0,041). Globalement, on observe un déclin des performances cognitives avec le temps. Cependant, après un petit-déjeuner aux céréales, la baisse de vigilance en fin de matinée est deux fois moindre qu’ à jeun. En revanche, le glucose engendre une baisse d’ attention et de mémoire épisodique encore plus importante que le jeun. Il provoque seulement des effets transitoires sur la satiété, la vivacité et le contentement. Les céréales montrent en revanche des effets significatifs prolongés et préviennent le déficit de mémoire immédiate des mots. Ainsi, pour éviter la baisse de régime en fin de matinée, les écoliers doivent manger des céréales au petit-déjeuner.

Auteur : Keith A. Wesnes et al.