GLP-1 est une hormone de satiété intestinale sécrétée en réponse à un repas. Il a été montré que les formes longues et inactives de GLP-1 peuvent stimuler la conversion des cellules épithéliales de l’intestin en cellules sécrétrices d’insuline.

L’objectif de cette étude a été de tester l’hypothèse qu’une souche de bactéries commensales humaines, modifiée pour sécréter le GLP-1 et administrée par voie orale à des rats diabétiques, pourrait améliorer leur hyperglycémie en reprogrammant leurs cellules intestinales en cellules sensibles au glucose et sécrétrices d’insuline.

Trois groupes de rats ont reçu 2 fois par jour durant 90 jours au total : 

–          soit les souches bactériennes humaines modifiées pour le groupe test de rats LG (Lactobacillus gasseri sécrétant du GLP-1),

–          soit les souches bactériennes non modifiées pour le groupe de test L (Lactobacillus gasseri),

–          soit une solution stérile pour le groupe contrôle.

Au 51ème jour, les groupes ont été soumis à une période de jeûne de 10 heures et pesés, puis un échantillon de sang a été collecté. On leur a ensuite administré une solution de glucose (1 g par kg de poids corporel) et de nouveaux échantillons de sang ont été prélevés à 0,5 ; 1 ; 1,5 et 2 heures pour mesurer la glycémie. A 90 jours les rats ont été sacrifiés pour mesurer l’insuline dans le pancréas et l’intestin supérieur. Des échantillons de selles ont également été collectés pour le dénombrement bactérien.

Les résultats ont montré que les rats du groupe LG ont observé une baisse significative de leurs niveaux d’insuline et qu’ils étaient plus tolérants au glucose que les rats du groupe L. Les rats du groupe LG ont développé des cellules intestinales sécrétrices d’insuline dans l’intestin supérieur en nombre suffisant pour remplacer environ 25 à 33% de la capacité des rats en bonne santé non diabétiques.

Ces résultats montrent l’intérêt potentiel d’un traitement oral non-absorbé, efficace et sans risque, pour le diabète et étaye le concept de bactérie commensale recombinée pour remplacer in vivo une fonction cellulaire altérée.

 

Engineered Commensal Bacteria Reprogram Intestinal Cells Into Glucose-Responsive Insulin-Secreting Cells for the Treatment of Diabetes.

Duan FF, Liu JH, March JC.

Diabetes. 2015 Jan 27. pii: db140635. [Epub ahead of print]

Auteur : DUAN FF

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 60 - Juin 2015 - N60013