Après 10 ans de recherches sur une bactérie intestinale, l’Akkermansia muciniphila, pour lutter contre certaines maladies comme l’obésité et le diabète, les résultats s’avèrent de plus en plus encourageants. Du moins sur les souris. Reste à savoir s’il en sera de même pour l’homme.

 

Akkermansia muciniphila… malgré ses dimensions microscopiques, cette bactérie pourrait bien constituer un espoir de taille dans la lutte contre l’obésité, le diabète de type 2 ou les inflammations intestinales. Depuis plusieurs années déjà, ses effets visiblement bénéfiques pour traiter ces pathologies sont étudiés.

Une pasteurisation qui double l’efficacité

Tout a commencé il y a une dizaine d’années. Une équipe de chercheurs menée par le professeur Patrice Cani, de l’Université Catholique de Louvain, étudie les interactions entre les bactéries intestinales et les organes. En 2007, l’Akkermansia muciniphila attire leur attention. Ils émettent l’hypothèse que celle-ci pourrait être déterminante dans la lutte contre l’obésité et le diabète de type 2. En 2013, nouvelle découverte : l’équipe démontre qu’après l’administration de cette bactérie chez la souris, les risques de développer ce diabète et de l’obésité diminuent.


Lire la suite en ligne