La connaissance de la nature et des propriétés du biofilm dentaire est fondamentale pour mieux appréhender la maladie carieuse, pathologie dentaire la plus fréquente. Le biofilm est constitué par un ensemble complexe multibactérien, dont une partie des espèces demeure inconnue car non identifiée par les techniques actuelles de culture ou les modèles animaux mono-germes utilisant des environnements dépourvus de bactéries.

Cette expérimentation a combiné l’emploi de la spectroscopie par résonance magnétique et une technique isotopique, basée sur les acides nucléiques (ADN et ARN), pour étudier à la fois les espèces bactériennes actives et inactives à différents niveaux de pH (neutre = « sain » ; acide = « cariogène »), et la production de leurs métabolites. Appliquées in vitro à des échantillons de plaque dentaire d’enfants dépourvus de caries, ces techniques avaient pour objet de valider les souches cariogènes déjà connues, mais aussi de mettre en évidence de nouvelles souches bactériennes par leur fonctionnement métabolique conservé à pH acide.

Les résultats obtenus ont montré qu’au sein des échantillons de plaque dentaire, se côtoyaient des espèces non encore cultivées, métaboliquement actives à pH = 5,5, et des souches cariogènes connues telles que Streptococcus mutans et Lactobacillus. Les expérimentateurs ont également mis en évidence que la contribution à la production d’acide et le fonctionnement bactérien à pH bas pouvaient résulter d’un métabolisme impliquant un ensemble de souches ; confirmant ainsi le modèle polymicrobien de la carie. Par ailleurs, ils ont observé qu’à mesure que le pH baissait, se produisait une modification de l’écologie bactérienne avec une moindre diversité des souches, en faveur des familles de germes tolérants à un milieu plus acide tels que les Lactobacilli et les Propionibacterium.

Pour les auteurs, l’identification de germes actifs à pH acide chez des enfants indemnes de caries, permet de mieux comprendre le processus de déclenchement de la maladie carieuse et d’ouvrir des pistes en vue de sa prévention.

Identifying low pH active and lactate-utilizing taxa within oral microbiome communities from healthy children using stable isotope probing techniques.

McLean J.S., Fansler S.J., Majors P.D., McAteer K., Allen L.Z., Shirtliff M.E., Lux R., Shi W.

PLoS One, 2012, vol. 7, No. 3, pp. e32219.




Auteur : McLEAN JS

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 50 - Décembre 2012 - N50015 (Réf. 4760)