C’est ce que montre cette étude multicentrique transversale de population, examinant l’association entre équilibre en macronutriments énergétiques et surpoids chez 966 hommes d’âge moyen (55,1±6,1 ans) en France (3 régions). Les apports alimentaires étaient évalués par un enregistrement prospectif de l’alimentation sur 3 jours et des mesures anthropométriques effectuées : 50 % des individus étaient en surpoids et 20,4 %, obèses. Les modèles de régression linéaire avec ajustement pour l’apport énergétique, les facteurs confondants sociodémographiques et de style de vie (âge, niveau d’éducation, régime, tabac, activité physique, région) et les traitements médicamenteux (hypertension, diabète, dyslipidémie), montraient que l’IMC et le tour de taille (TT) étaient associés négativement aux apports énergétiques glucidiques et positivement aux apports lipidiques. Après ajustement pour l’apport des autres nutriments énergétiques, cette association n’était plus significative pour les lipides, mais persistait pour les glucides [OR comparant quartile supérieur et inférieur d’apport glucidiques : 0.50 (0,25-0,97) pour l’obésité et 0.41 (0,23-0,73) pour l’obésité abdominale (TT>101,9cm)]. Les apports protéiques totaux n’étaient pas corrélés à l’IMC ou au TT, mais ceux des protéines végétales négativement associés aux mesures de surcharge pondérale. Dans cette étude, 232 g/j de sucres totaux étaient consommés en moyenne, dont 15 % seulement provenaient de sucres ajoutés et 62 % étaient des sucres complexes. La corrélation inverse observée entre surpoids et régime riche en sucres pourrait résulter de sa faible densité énergétique et de sa richesse en fibres conduisant à une satiété supérieure et l’absorption réduite de nutriments.


Association of macronutrient intake patterns with being overweight in a population-based random sample of men in France. Ahluwalia N et al. Diabetes & Metabolism. 2009, 35, 129-136


Documents supports :
Brèves Nutrition N° 37 - Novembre 2009 - N37006