The influence of the glycaemic index of breakfast and lunch on substrate utilisation during the postprandial periods and subsequent exercise

Pour déterminer les effets de l’index glycémique (IG) des repas sur les réponses métaboliques post-prandiales et l’utilisation des substrats au repos puis en activité, 9 hommes ont participé à 2 tests séparés d’une semaine. Après avoir consommé un petit-déjeuner et un déjeuner hyperglucidiques à IG soit faible (FIG, IG=44 et 34, respectivement), soit élevé (HIG, IG=76 et 73, respectivement) suivis d’une période de repos de 3h, les participants ont couru pendant 1 heure à une VO2max de 70%. Insuline, glucose, acides gras libres, glycérol, lactate et taux d’oxydation des glucides et des lipides ont été mesurés sur des échantillons de sang prélevés régulièrement pendant chaque période post-prandiale et toutes les 15 minutes pendant l’exercice. La glycémie et l’insulinémie étaient significativement plus élevées dans le test HIG comparé au test FIG (p<0,05), notamment 15 minutes après chaque repas pour le glucose et sur toute la période post-prandiale après le déjeuner pour l’insuline. Le taux d’oxydation des lipides était plus élevé durant les 3h de repos suivant le déjeuner dans le test FIG que dans le test HIG (12.5±1.1 vs 9.0±1.1g/3h, p<0,01), l’oxydation des glucides étant corrélativement plus faible (p<0,005). En revanche, l’utilisation des substrats pendant l’activité n’était pas significativement différente.

Selon cette étude, la consommation d’un repas à faible IG en favorisant l’oxydation des lipides, permettrait de maintenir un équilibre métabolique favorable pendant les périodes de repos post-prandiales.


 

The influence of the glycaemic index of breakfast and lunch on substrate utilisation during the postprandial periods and subsequent exercise. STEVENSON E., WILLIAMS C., NUTE M. British Journal of Nutrition, 2005, 93 : 885-93


Auteur : E. Stevenson, C. Williams, M. Nute

Documents supports :
Brèves Nutrition 28 / Avril 2006 - N28006