Malgré des recherches approfondies, les relations entre l’index glycémique (IG), la charge glycémique (CG), les glucides totaux et l’obésité restent non établies et très peu d’études existent sur ce sujet. Compte tenu de l’actualité sur les glucides et l’obésité, les auteurs de cette publication ont recherché si les glucides totaux, le saccharose, le lactose, les fibres, l’IG et la CG de l’alimentation étaient associés à l’obésité chez les adultes finlandais de 25 à 79 ans.

Pour cela, ils ont réalisé une analyse groupée de trois études transversales de la population :

– l’étude DILGOM sur les déterminants alimentaires, de style de vie, et génétiques de l’obésité et du syndrome métabolique ;

– la partie clinique de l’étude de cohortes de naissances d’Helsinki ;

–  l’enquête nationale de santé de 2000.

Les apports alimentaires ont été renseignés à l’aide d’un questionnaire de fréquence alimentaire. Des infirmières entraînées ont mesuré la taille, le poids et le tour de taille selon des protocoles standardisés. Les trois études ont eu recours à des questionnaires pour connaître les loisirs, l’activité physique, le statut de fumeur et le niveau d’éducation.

Le taux d’adultes obèses (IMC ≥ 30 kg/m2) variait de 21,2% à 25,1% selon les études. En prenant en compte le sexe, l’âge, la formation, le tabac, l’activité physique et la consommation énergétique, il a été observé que la probabilité d’être obèse était 35% plus faible dans le quartile le plus élevé d’apports en glucides totaux par rapport au quartile le plus bas. La consommation de saccharose et la CG de l’alimentation ont aussi été inversement associées à l’obésité. En revanche, aucune association n’a émergé entre l’IG de l’alimentation, la consommation de fibres et l’obésité. La consommation de fibres a été inversement associée à l’obésité abdominale. La relation inverse entre la consommation de saccharose et l’obésité a été plus forte chez les forts consommateurs de fruits par rapport aux faibles consommateurs.

Ainsi, la consommation de glucides a été inversement associée à la probabilité d’être obèse mais des études prospectives sont nécessaires pour vérifier l’inférence causale au cours du temps, compte tenu de la nature transversale des trois enquêtes.

 

Dietary carbohydrate quantity and quality in relation to obesity: A pooled analysis of three Finnish population-based studies

Niina E. Kaartinen et al.

Scand J Public Health June 2016 vol. 44 no. 4 385-393

Auteur : KAARTINEN N

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 65 - Juin 2016 - N64013