On sait depuis peu que la flore intestinale, par ailleurs conditionnée par le génome et l’environnement nutritionnel, joue un rôle capital dans certaines maladies métaboliques. Il a même été mis en évidence, chez l’Humain et la souris, une « signature bactérienne » de l’obésité, à savoir un déséquilibre de ce microbiote avec accroissement du rapport Firmicutes/Bacteroidetes.

Avec comme objet de confirmer l’hypothèse selon laquelle la flore par elle-même peut donner lieu à différents phénotypes métaboliques, une expérimentation a été menée sur une population de souris, soumises durant 3 mois à un régime HFD (high-fat carbohydrate-free), riche en lipides et dépourvu (< 1%) de glucides. En parallèle, un échantillon de souris était nourri avec le même régime mais enrichi en fibres (gluco oligosaccharides, GOS). À l’issue, 2 phénotypes métaboliques étaient identifiés, les souris devenues diabétiques (HFD-D) et celles résistantes au diabète (HFD-DR).

Les données récoltées ont montré que les 2 phénotypes métaboliques HFD-D et HFD-DR sont associés à un profil microbiotal spécifique, en parallèle des variations génétiques et environnementales. Un accroissement de la perméabilité de la barrière intestinale, de la plasticité de la graisse blanche et une majoration du ratio Firmicutes/Bacteroidetes ont été identifiés chez les souris HFD-D. L’enrichissement de l’alimentation par des GOS, visant à déterminer si les phénotypes manifestés sont la cause ou la conséquence des caractéristiques du microbiote, a en premier lieu profondément modifié la flore, suggérant plutôt un effet causal.

En conclusion, les auteurs imaginent une modulation du microbiote, par l’administration de fibres ad hoc, qui favoriserait le contrôle voire la prévention des maladies métaboliques.

Metabolic adaptation to a high-fat diet is associated with a change in the gut microbiota.

Serino M., Luche E., Gres S., Baylac A., Bergé M., Cenac C., Waget A., Klopp P., Iacovoni J., Klopp C., Mariette J., Bouchez O., Lluch J., Ouarné F., Monsan P., Valet P., Roques C., Amar J., Bouloumié A., Théodorou V., Burcelin R. Gut, 2012, vol. 61, No. 4, pp. 543-553.

 


Auteur : SERINO M

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 49 - Septembre 2012 - N49014 (Réf. 4744)