Après chirurgie bariatrique, les patients disent être moins attirés par les aliments gras et sucrés et indiquent percevoir plus intensément les saveurs. Modifier l’anatomie du système digestif peut-il physiologiquement avoir de tels effets ?

 

Après chirurgie,  les choix alimentaires restent les mêmes …

Des chercheurs ont analysé les données publiées sur le sujet chez des patients opérés. Certaines étaient issues d’enquêtes déclaratives tandis que d’autres provenaient d’observations directes mesurées en situation réelle. Dans les deux cas, il s’agissait d’évaluer leurs choix alimentaires avant et après chirurgie bariatrique. Bilan des données : les mesures directes ne confirment pas les déclarations des sujets, selon lesquelles ils préfèreraient les aliments sains à ceux gras et sucrés.    

 

…mais les quantités consommées diminuent

Les chercheurs remarquent que les patients opérés mangent en plus petite quantité et par conséquent, moins d’aliments gras et sucrés qu’ils affectionnaient auparavant. Ils sont aussi plus vite rassasiés. Quant à leurs pulsions alimentaires (« food craving »), elles diminueraient en fréquence après chirurgie bariatrique, en particulier pour les produits sucrés et gras. Un phénomène que les chercheurs expliquent par le changement de régime alimentaire et la perte de poids consécutive à la chirurgie plutôt que la modification anatomique du système digestif. Autre constat plus problématique : la consommation d’alcool tend à augmenter à partir de la 2ème année post-chirurgie. Pour les chercheurs, la modification anatomique du système digestif pourrait intensifier son effet et favoriser la dépendance.

 

La perception des saveurs reste identique mais l’attirance pour le sucré diminue

Quant aux changements de perception d’intensité du sucré et du gras rapportés par les sujets, les données sont très variables selon la technique chirurgicale réalisée et aucune différence n’est confirmée par les mesures directes d’intensité perçue. En revanche, les tests de préférence avant et après chirurgie montrent une moindre attirance pour des aliments sucrés en post-chirurgie. La chirurgie bariatrique modifierait la réponse hédonique aux aliments sucrés en agissant sur le circuit de la récompense (possiblement via une réponse dopaminergique atténuée). Les auteurs de la revue supposent que l’accélération de l’absorption intestinale suite à la chirurgie pourrait être impliquée. Elle favoriserait un pic glycémique suivi d’une libération plus rapide et intense d’hormones digestives, qui augmenterait le rassasiement sensoriel spécifique[1] et modifierait la réponse hédonique à l’aliment. Une hypothèse qui reste encore à confirmer !

 

À retenir :

  • Après une chirurgie bariatrique, la perception des saveurs et les choix alimentaires restent les mêmes.
  • En revanche, une moindre attirance pour les aliments sucrés est notée. Elle pourrait être due à une modification de la réponse hédonique aux aliments (circuit de la récompense) suite à la modification anatomique du système digestif.

 

Source : Changes in taste function and ingestive behavior following bariatric surgery. Nance K, Acevedo MB, Pepino MY. Appetite. 2020 Mar 1;146:104423.

 

[1] Diminution progressive, jusqu’au rassasiement, du plaisir tiré de la consommation d’un aliment déterminé

Auteur : Nance K

Documents supports :
Brèves Nutrition Février 2020