La cuisine, une source de plaisir et de santé !

De nombreuses études ont démontré le rôle bénéfique du « modèle alimentaire français » avec son alimentation structurée autour de repas pris à heures régulières, partagés autour d’une table et socialisants. Des études présentées dans ces Brèves suggèrent que le fait de cuisiner aurait des effets bénéfiques sur la longévité ! (réf. 50003). Mais que cuisiner ? Si les recommandations nutritionnelles diffèrent parfois d’un pays à l’autre, de grandes lignes semblent émerger (réf. 50009, 50013), privilégiant les régimes riches en glucides à forte densité nutritionnelle, pauvres en protéines et graisses saturées, et favorisant des apports énergétiques adaptés aux besoins de chaque individu.

 

Ce numéro de nos Brèves fait également le point sur le rôle supposé des sucres dans l’apparition du surpoids ou de maladies métaboliques (réf. 50012, 50014). Il en ressort que le principal facteur prédictif de l’indice de masse corporelle (IMC) reste la quantité d’énergie totale ingérée ; les apports en sucres ajoutés n’étant pas corrélés à l’IMC. Si certaines études mettent en avant le rôle particulier des boissons sucrées (« calories liquides ») dans le développement du surpoids et du diabète, les données scientifiques présentées ici ne permettent pas de conclure pour les autres vecteurs de sucres, ni pour les autres maladies métaboliques.

 

Par ailleurs, ce numéro est l’occasion de reparler des besoins et des goûts spécifiques des enfants (réf. 50005) et de rappeler l’importance de la prévention auprès des plus jeunes mangeurs (réf. 50010, 50011) via l’éducation alimentaire mais également une prise en compte globale des comportements (réf. 50002).

Documents joints