Différentes revues critiques et méta-analyses, de parution récente, ayant évalué le rôle des boissons sucrées dans le développement et le maintien du surpoids et de l’obésité ont rapporté des résultats non concordants. Afin d’apporter un éclairage nouveau, Mattes et al. ont mené un travail de méta-analyse sur 12 études, toutes randomisées et contrôlées. Les critères de sélection étaient : des études en population humaine, d’une durée supérieure à 3 semaines, instaurant de manière randomisée une intervention portant uniquement sur la consommation de boissons sucrées et, enfin, comportant un marqueur d’adiposité comme critère de jugement. Afin de minimiser l’hétérogénéité des objectifs visés par les différents protocoles, les auteurs ont choisi d’effectuer 2 analyses sur 2 séries de 6 études, d’une part celles ayant comme intervention l’ajout de boissons sucrées au régime des sujets, d’autre part celles visant à réduire leur consommation. Le premier point mis en évidence est l’effet dose-dépendant sur la prise de poids de la consommation de boissons sucrées. Cependant, les effectifs réduits, les durées d’intervention courtes et l’hétérogénéité des groupes contrôles limitent la portée des conclusions. En second lieu, la méta-analyse des études qui intervenaient sur la limitation de la consommation de boissons sucrées n’a pas montré d’effet significatif sur le poids pour l’effectif pris dans son ensemble. Cependant là aussi, des facteurs liés aux protocoles ont pu intervenir, notamment les critères de jugement (la baisse de consommation de boissons sucrées était l’objectif principal et non le recul de l’obésité, critère secondaire). Fait notable, les populations en surpoids lorsqu’elles étaient analysées séparément bénéficiaient, significativement sur leur indice de masse corporelle, d’une réduction de leurs apports en boissons sucrées. Il semble donc au total que ce travail de méta-analyse ne permette toujours pas de conclure de manière définitive sur le rôle supposé des boissons sucrées dans le développement de l’obésité et de son maintien. Toutefois, une piste de recherche concernant les interventions en populations déjà en surpoids ou obèses a été identifiée dans cette étude.


Nutritively sweetened beverage consumption and body weight: a systematic review and meta-analysis of randomized experiments. Mattes R.D., Shikany J.M., Kaiser K.A., Allison D.B. Obesity reviews, 2011, 12 : 346-65

 


Documents supports :
Brèves Nutrition N° 45 - Septembre 2011 - N45014 (Réf 4683)