L’objectif de cette étude était de suivre l’évolution de la composition des apports alimentaires chez les enfants britanniques en comparant les résultats de deux enquêtes effectuées en 1983 (3 296 enfants) et 1997 (459 enfants). Afin de garantir la validité de l’analyse, les auteurs ont utilisé le rapport entre les apports énergétiques rapportés et le métabolisme de base calculé en fonction du sexe, de l’âge et du poids. Un rapport d’une valeur entre 1,16 et 2,65 était considéré comme normal, les valeurs situées en deçà ou au-delà de ces limites permettant d’identifier les enfants dont les apports énergétiques avaient été sous-déclarés ou sur-déclarés. Alors que les sur-déclarations se sont révélées très rares, les sous-déclarations concernaient 14 % des enfants de l’enquête de 1983 et 27,6 % de ceux de l’enquête de 1997. Les apports énergétiques moyens ont diminué de 7 % entre 1983 et 1997 (3 % en ajustant l’analyse sur les sous- et surdéclarations), principalement en raison d’une diminution de la consommation de graisses, tandis que l’indice de masse corporelle moyen diminuait de 0,7 à 1 kg/m2. Pendant la même période, la consommation de sucre est passée de 115 à 113 g par jour (122 à 127 g/j dans l’analyse ajustée ; différence non significative). Selon l’analyse ajustée, la contribution des graisses à l’énergie totale ingérée a diminué, passant de 37,8 % à 35,4 %, tandis que celle des sucres a augmenté de 22,3 % à 23,6 %). Une nette diminution de la consommation de sucre de table a été compensée par une augmentation marquée du sucre provenant des boissons sucrées et, dans une moindre mesure, des jus de fruits et des céréales de petit déjeuner. Selon les auteurs, l’apparent paradoxe d’une diminution des apports énergétiques associée à une augmentation de l’indice de masse corporelle pourrait être dû aux sousdéclarations plus fréquentes en 1997 qu’en 1983 et à une diminution de l’activité physique.


Trends in energy and sugar intakes and body mass index between 1983 and 1997 among children in Great Britain. Gibson S. J of Human Nutrition and Dietetics, 2010, 23, 4 : 371-381

Auteur : Gibson S.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 42 - Décembre 2010 - N42010