Cette revue fait le point sur les principaux mécanismes proposés pour expliquer l’éventuelle association entre boissons sucrées et poids corporel : 1) excès d’apport calorique total par les boissons caloriques, 2) index glycémique des boissons élevé, 3) absence d’effet des liquides sur la satiété et 4) remplacement du lait par les boissons. Concernant la première hypothèse actuellement la plus documentée, les études présentent souvent de nombreux biais (taille d’échantillon, études transversales, mesures auto déclarées, absence de contrôle de l’activité physique…) qui leur donnent une fiabilité limitée et les résultats sont divergents ou incohérents. Pour l’augmentation de l’insuline circulante et donc du risque d’adiposité par l’IG élevé des boissons, les résultats ne sont pas plus clairs, notamment en raison de problèmes de méthode, auto déclarations, variabilité individuelle de la réponse à des aliments à fort IG… Quand à l’apport de calories sous forme solide, il semble plus facilement compensé que sous forme liquide, mais de nombreux facteurs interviennent et les résultats sont aussi contradictoires. Enfin, concernant le remplacement du lait par les sodas, des études longitudinales sont nécessaires pour déterminer le rôle « anti-obésité » du calcium dans d’autres boissons que le lait et étudier le remplacement du lait par des boissons dans des conditions contrôlées d’apports et de dépenses énergétiques.

En conclusion, des études mieux contrôlées en termes d’activité physique et de composants du régime et réalisées sur des individus à risque d’obésité sont nécessaires pour pouvoir dire si oui ou non les boissons sucrées ont un rôle significatif dans l’augmentation de l’obésité.


Is there an association between sweetened beverages and adiposity ? Bachman C.M, Baranowski T, Nicklas T.A. Nutrition Reviews, 2006, 64, 4: 153-174

Auteur : Bachman C.M, Baranowski T, Nicklas T.A

Documents supports :
Brèves Nutrition 29 / Octobre 2006 - N29019