Il a été avancé que le pic de glycémie induit par l’ingestion d’aliments à index glycémique (IG) élevé entraîne une hyperinsulinémie responsable, dans un second temps, d’une hypoglycémie qui augmente l’appétit, provoquant ainsi une hyperphagie.

Pour vérifier cette hypothèse, 4 sortes de petits-déjeuners (IG élevé/faible teneur en protéines, IG élevé/forte teneur en protéines, IG faible/faible teneur en protéines, IG faible/forte teneur en protéines) ont été consommées par 16 volontaires sédentaires, en surpoids et obèses mais par ailleurs en bonne santé, comportant une majorité d’Afro-Américains. Des échantillons sanguins destinés à mesurer la glycémie et l’insulinémie ont été prélevés à intervalles réguliers pendant les 4 heures séparant le petit-déjeuner du déjeuner. Ce repas était présenté sous forme d’un buffet composé d’aliments variés que les sujets pouvaient consommer à volonté.

Comparés aux petits-déjeuners à IG élevé, les petits-déjeuners à faible IG ont moins augmenté la glycémie et l’insulinémie, et ceci indépendamment de la teneur en protéines. Toutefois, aucune différence d’effet des 4 petits-déjeuners sur l’appétit (évalué par échelle visuelle analogique), les quantités réellement consommées et la satiété n’a été observée lors du repas suivant.

Ces résultats semblent remettre en cause le rôle de l’index glycémique dans la surconsommation alimentaire des sujets obèses mais mériteraient d’être confirmés par des travaux à plus grande échelle.

The individual and combined effects of glycemic index and protein on glycemic response, hunger, and energy intake. Makris A.P., Borradaile K.E., Oliver T.L., Cassim N.G., Rosenbaum D.L., Boden G.H.,
Homko C.J., Foster G.D. Obesity 2011, vol. 19, No. 12, pp. 2365-2373.

Auteur : MAKRIS AP.

Documents supports :
Brèves Nutrition N° 47 - Mars 2012 - N47010 (Réf 4709)