S’il semble clair qu’une alimentation à faible index glycémique (IG) induit à court terme une satiété plus durable que les aliments à IG élevé, les études à long terme en revanche, ne permettent pas de tirer de conclusion sur la régulation des apports caloriques et la prise de poids, en raison du grand nombre de facteurs confondants. Cet article a fait la revue de 32 études interventionnelles qui ont été sélectionnées sur la base de la prise en compte des facteurs pouvant influencer l’IG ou la satiété. Les études à court terme (≤1 jour) montrent que la consommation de glucides purs, d’aliments ou de repas à faible IG induit une augmentation de la satiété 2 à 6h après ingestion, ce qui retarde la prise alimentaire suivante et diminue les apports caloriques ultérieurs. Les produits à IG élevé ont aussi un effet rassasiant, très précoce mais moins durable, qui supprime toute nouvelle prise alimentaire 1h-1h30 après leur ingestion. Ces phénomènes pourraient s’expliquer par l’effet de la glycémie sur la satiété et les caractéristiques d’absorption différentes selon les glucides ou par d’autres molécules impliquées dans le contrôle de l’appétit. Concernant l’effet à long terme d’une alimentation à IG faible sur la régulation des apports alimentaires et du poids, aucun consensus n’a pu être atteint en partie du fait de l’absence d’études à long terme suffisamment puissantes comparant des régimes alimentaires correctement contrôlés différant simplement par leur IG.


Glycaemic response to foods : impact on satiety and long-term weight regulation. Bornet FRJ; Jardy-Gennetier A-E; Jacquet N; Stowell J. Appetite, 2007, 49 : 535-53

Auteur : Bornet FRJ; Jardy-Gennetier A-E; Jacquet N; Stowell J

Documents supports :
Brève Nutrition N° 32 - Avril 2008 - N32015