Les effets de la consommation de sucre sur le statut pondéral sont généralement exprimés en termes métaboliques ou physiologiques alors qu’ils dépendent aussi de nombreux autres facteurs : comportement alimentaire, contexte, mode d’utilisation, disponibilité et coûts des boissons sucrées… En effet, les boissons sucrées sont réputées contribuer à l’obésité en vertu de leur teneur en sucre et d’être liquides. Pourtant, la satiété à court terme et la régulation du poids corporel à long terme sont des mécanismes distincts et aucune étude comparant l’effet rassasiant de différents liquides à des aliments solides n’a donné de résultats concluants. En outre, la consommation de substituts de repas liquides contenant du sucre peut mener à une perte de poids significative et soutenue chez les sujets obèses, comme le montrent de nombreuses études. Dans un essai randomisé réalisé sur plus de 5000 participants souhaitant perdre du poids, les substituts de repas liquides ont notamment conduit à une plus forte perte de poids que les régimes isocaloriques classiques. Plus que le métabolisme du sucre à proprement parlé c’est la manière dont il est consommé qui importe …Un contrôle du poids réussi nécessite en effet le contrôle mental des apports énergétiques, un mode de vie sain et l’adhésion à un régime « basses calories ». Enfin, la preuve épidémiologique d’un lien entre boissons sucrées et épidémie d’obésité n’est pas encore faite, et la plupart des études étant américaines, d’autres études sont nécessaires pour permettre des comparaisons internationales.


Liquid calories, sugar, and body weight. Drewnowski A; Bellisle F. Am J Clin Nutr, 2007, 85, 651-661

Auteur : Drewnowski A; Bellisle F

Documents supports :
Brève Nutrition N° 31 - Octobre 2007 - N 31013