Peut-on parler d’ arômes, d’ odeurs ou de parfums sucrés ? Du point de vue du spécialiste de l’ évaluation sensorielle cela constitue une hérésie. En effet, l’ adjectif « sucré » s’ applique à un stimulus gustatif, pas à un stimulus olfactif. Pourtant, l’ expression arôme, odeur ou parfum sucré est fréquemment employée dans la vie de tous les jours. Pour s’ en rendre compte, il suffit de demander à des personnes non-spécialistes de l’ évaluation sensorielle de décrire divers stimuli olfactifs. Puisqu’ il n’ existe pas, dans notre langage, de mots dédiés aux odeurs elles vont soit utiliser des termes hédoniques : «cela sent bon» et d’ intensité « cela sent fort», soit faire appel à un certain nombre de métaphores. Une première métaphore consiste à utiliser la source de l’ odeur : «c’ est une odeur de rose». Une seconde consiste à emprunter le vocabulaire dédié à d’ autres modalités sensorielles comme la vision ou le goût : «c’ est une odeur ronde», « c’ est une odeur sucrée ». La question est de savoir ce que l’ on signifie quand on utilise, par exemple, le vocabulaire du goût, pour décrire des odeurs. Estce qu’ il s’ agit seulement d’ une métaphore : «cela sent comme un produit sucré» ou est-ce que cela signifie réellement que l’ on éprouve une sensation sucrée? En d’ autres termes, la confusion existant au niveau du vocabulaire traduit-elle une confusion au niveau des sens?

Tags:

Auteur : Dominique VALENTIN Dung N'GUYEN

Documents supports :
Article