Le Petit prince des desserts
 
le 7 avril 2011 à 16:04
Antoine HABERT
 
A tout juste 21 ans, Arthur Fèvre vient de décrocher le titre prestigieux de champion de France du dessert avec son Caramel et Citron en Fines Vagues Croustillantes.
Il avait parié avec son Chef, Philippe Mille, du domaine des Crayères à Reims, que, s’il était primé, son dessert serait intégré à la carte du restaurant rémois. C’est donc chose faite. A 21 ans, Arthur Fèvre est devenu le plus jeune gagnant du Championnat de France du dessert à l’assiette.
 
Depuis 37 ans, ce concours offre à tous les pâtissiers l’opportunité d’exprimer leur créativité à travers un dessert aux saveurs nouvelles mais, surtout, réalisable de façon courante en restauration. « A 21 ans, j’étais le plus jeune, le petit… Certains sont traiteurs et possèent leur propre commerce, avec des années d’expérience ». Il faut dire qu’Arthur, originaire d’Orthez, dans le Béarn,a déjà de l’expérience. Après un bac technologique en hôtellerie-restauration, il s’est spécialisé dans les desserts, œuvrant d’abord, un an au Sofitel de Biarritz, puis en Suisse. « C’est l’audace et mon travail propre et organisé qui a été récompensé m’a expliqué le jury, présidé par le chef 3 étoiles Sébastien Bras ».
 
Une inspiration architecturale
Pour son impressionnant Caramel et citron en fines vagues croustillantes, le jeune cuisinier a choisi un produit qu’il affectionne particulièrement :« j’aime bien le caramel c’est un produit qui ne subit pas les saisons, que l’on peut retrouver tout au long de l’année ». Il a également puisé dans l’architecture contemporaine puisque son dessert s’inspire d’une œuvre de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, une preuve, s’il en est, de l’ouverture d’esprit de ce pâtissier talentueux.
Inspiré par les desserts de son enfance, les tartes aux fruits, les clafoutis aux cerises ou encore les tiramisus, Arthur Fèvre s’est fixé de nouveaux objectifs : faire partie des trois membres de l’équipe de France des championnats du monde du dessert qui auront lieu en 2013 mais aussi décrocher une deuxième étoile au Domaine des Crayères après une première décernée cette année « C’est un combat de tous les jours. Après la première étoile, on veut vraiment aller la chercher la deuxième ».
 
Enfin, il pourra tenter de rejoindre ses modèles, Philippe Rigollot, chef pâtissier de la maison Pic à Valence ou encore Pierre Hermé. Il en a déjà la gourmandise.

Lien(s)